Ce site utilise des cookies pour améliorer ses contenus. En poursuivant la navigation, vous acceptez le dépôt de cookies.

ACTUALITÉ

Appel aux dons Feature

Appel aux dons


Chers et chères Alumni,

Voilà plus de cinq ans que l’association EMK Alumni existe. Depuis sa création en 2013, près de 200 étudiant.e.s et ancien.ne.s étudiant.e.s EMK ont pu partager des souvenirs et des expériences à l’occasion de cinq rencontres annuelles qui ont permis à chacun de faire partie d’un réseau, de visiter différentes entreprises médiatiques, de participer au travail associatif et de partager des bons moments. A côté de ces rendez-vous annuels, il y a aussi d’autres activités et projets comme les Stammtisch dans différentes villes, les sorties cinéma en groupe et un film EMK sur notre vie associative. 

Ces rencontres sont impayables. C’est d’autant plus important aujourd’hui qu‘auparavant de soigner les échanges au-delà des frontières nationales, de transmettre les idées européennes par-delà le cursus universitaire et de s’entraider. Ce que l’association EMK propose dépasse le simple souvenir des moments passés.

Lire la suite : Appel aux dons

Lyon ou : ma découverte de la vie associative

Lyon ou : ma découverte de la vie associative

En quittant Weimar après deux semestres, je croyais pertinemment savoir ce qui allait me manquer : regarder le merveilleux ciel étoilé en traversant la « Sternbrücke » dans le Ilmpark quand il fait nuit, croiser des gens de la promo par hasard (parce que c’est ça, la vie dans une petite ville), boire un Latte Macchiato au lait de soja pour 1€ au fameux M18 (la maison étudiante super « comfy »). Et, bien sûr, partir de chez moi à 9h10 pour un cours à 9h15 - à vélo, avec un petit retard, admettons-le.

En arrivant à Lyon, je me suis vite rendu compte que Weimar n’allait pas me manquer tant que ça. Malgré l’étendue de la ville, je croisais souvent des étudiants d’EMK en faisant une promenade urbaine (ce que nous avons baptisé « l’effet Weimar » - un étudiant d’EMK attire naturellement ses semblables). La pollution lumineuse rendait effectivement l’observation des étoiles difficile mais les jolis ponts illuminés pendant la nuit sur le Rhône et la Saône étaient honnêtement une bonne compensation. Le court trajet à la fac à Weimar était remplacé par un long trajet pénible en tram pour arriver au campus de Bron – une demi-heure, souvent entassée avec une masse d’autres étudiants dans le seul moyen de transport raisonnable entre Lyon et Bron. Même sur ce trajet, j’ai fini par y trouver mon plaisir : toujours un bouquin en main, je suis dans ma bulle même si j’arrive parfois à peine à me tenir debout dans la foule.

Une façon de m’épanouir pendant les trois semestres à Lyon a été de devenir membre active de plusieurs associations basées à Lyon. Les associations notables auxquelles j’ai participé sont de différentes natures.  Pendant une demi-année, j’ai pris part à une distribution de repas aux personnes dans le besoin, donc surtout aux SDF, une fois par semaine. La plupart des membres étaient des salariés d’origine maghrébine et nous ont chaleureusement accueilli, moi et une amie d’EMK.

Depuis mon arrivée à Lyon, je suis également membre plutôt active de « Sentience Lyon », une association étudiante agréée par l’université Lumière Lyon 2. Cette association vise à promouvoir un style de vie végan (sans produits animaux) en faisant connaître la sensibilité des êtres vivants non-humains. Une de nos stratégies a bien sûr été la proposition de buffets végétaliens – qu’y a-t-il de plus facile pour faire venir des étudiants à un évènement que de la bouffe gratuite ? Devenue coprésidente (en tant que seule étrangère) au côté de trois autres membres, j’ai pu comprendre comment fonctionnait une association française sur le plan réel : de l’agrément à la préfecture de Lyon jusqu’à la demande de subventions à l’université (une petite séance devant un jury incluse). Nous avons organisé des ateliers de cuisine, des conférences et des projections de films ce qui ne s’est pas toujours déroulé sans heurts, entre autres parce qu’en France, on semble beaucoup apprécier la bureaucratie.

De temps à autre, je tiens les stands de l’AVF, l’Association Végétarienne de France. Étant ouverte à toutes les tranches d’âge, les évènements m’amènent souvent à discuter avec des personnes issues de milieux très divers. D’autres collectifs de militants pour la cause animale m’ont surtout permis d’échanger et d’avoir parfois des discussions enflammées avec des personnes ayant des avis contraires aux miens. Il en faut, du vocabulaire !

J’encourage donc vivement tout le monde, surtout les allemands arrivant à Lyon, de s’inscrire dans des associations qui soutiennent leurs centres d’intérêt. Pour moi, cela a été un excellent moyen de rencontrer des gens engagés, de trouver de bons amis, de peaufiner mon français et d’avoir une occupation enrichissante à laquelle dédier mon temps en dehors des (nombreux) cours universitaires.


Annika Wappelhorst (EMK, 5ème semestre) 

RETOUR SUR MON ANNÉE DE CÉSURE - Florica Gay (Jahrgang 2016) Feature

En septembre 2018, je soutenais ma Bachelorarbeit après plusieurs mois assez intenses, des déménagements plus ou moins organisés et aucune idée de ce que j’allais faire après. N’ayant eu ni le temps de chercher un master, ni de planifier l’après-licence, j’ai opté pour faire une pause. Je suis loin d’être la seule dans ce cas de figure et il y a autant de formats d’année sabbatique que d’étudiants EMK.

Lire la suite : RETOUR SUR MON ANNÉE DE CÉSURE - Florica Gay (Jahrgang 2016)

JOYEUX ANNIVERSAIRE ASSOCIATION ALUMNI!

Cela fait maintenant déjà cinq ans que l’association EMK-Alumni existe et la rencontre annuelle du 21 au 25 juin 2018 était l’occasion de fêter cet anniversaire. Cette année nous – des étudiants EMK et des alumnis – nous sommes retrouvés à Bonn pour nous revoir, rencontrer de nouveaux gens, échanger nos idées, développer nos réseaux et bien sûr faire un peu de travail associatif.

L’épicentre de cette rencontre était l’Institut Français de Bonn, où la majorité du programme à eu lieu et les deux Hostels situés dans la magnifique vielle ville dans lesquels tous les participants étaient hébergés.

L’équipe organisatrice a de nouveaux créé un programme divers. Lors d’animations linguistiques et de sessions de networking nous avons appris à mieux nous connaître. Une visite de la Deutsche Welle a révélé les secrets de cet organisme de radiodiffusion et nous avons enquêté à la recherche d’une voleuse lors du « EMK-Tatort ». Bien sûr le travail associatif avait également sa place : un groupe à été formé pour le film de la rencontre annuelle, un groupe communication, qui soccupe du site et de la newsletter, ainsi qu’un groupe pour la rencontre de l’année prochaine qui aura sans doute lieu fin juin 2019 en France. De plus, un nouveau bureau a été élu : Alexandra Seidel (présidente), Moritz Hartmann (vice-président), Florica Gay (secrétaire) et Rosa Feigs (trésorière, comme déjà l’année précédente) vont dorénavant s’occuper des affaires de l’association.

Hors du programme officiel, nous avons passé beaucoup de temps ensemble dans des bars, dans la salle commune du Max Hostel ou dans les rues de Bonn. EMK soude des relations, même de longues années après le diplôme !

À l’année prochaine !

 Text: Moritz Hartmann |Traduction: Léa Guérin 

Le premier semestre d'EMK? Super geil! Feature

Les Ersti EMK donnent leurs premières impressions de Weimar !
Lire la suite : Le premier semestre d'EMK? Super geil!